Documentaire – L’empreinte de L’Homme

Documentaire – L’empreinte de L’Homme

En Mai 2018, alors que j’étais à mon cinquième mois de voyage en Amérique latine (sur un an), j’ai été contactée par une amie d’enfance qui m’a proposé de partir au Népal faire un trek pour fêter l’année de nos 30 ans. L’idée me tentait beaucoup, mais je voulais faire plus que ce simple trek. L’idée a alors germé de revenir avec des images qui allaient me permettre de créer un documentaire sur l’impact du tourisme de masse au Népal. Ce documentaire, L’Empreinte de l’Homme est actuellement (octobre 2019) en cours de montage.

Les prémisses du projet

Sponsors ?

Je vais tout d’abord vous parler de mon expérience lors de la création de ce projet.

J’ai tout d’abord voulu contacter des potentiels sponsors, cette étape a été très énergivore pour peu de retour. J’ai eu que peu de réponses positives sur l’ensemble des personnes et entreprises que j’avais contacté, que ce soit pour du matériel, du mécénat ou de la communication.

Je tiens à remercier les quelques personnes et entreprises qui m’ont soutenus. Vous pouvez les retrouver ici.

Ama Dablam sous la lune
Ama Dablam au lever du soleil

Campagne de crowdfunding ?

Ne trouvant pas de sponsors intéressés par ce projet, j’ai tenté une campagne de crowdfunding. Celle-ci a très peu marché, globalement et malgré le fait d’avoir une communauté grâce à mon blog voyage, je n’ai touché que des connaissances directes, famille et amis. C’est mieux que rien, je remercie d’ailleurs toutes celles et ceux qui m’ont donné un coup de main, malgré tout cela ne m’a pas permis d’avoir le budget nécessaire pour faire les choses aussi bien que j’imaginais. J’ai même du combler le « trou » pour réussir à compléter la campagne, ce qui m’a presque fait culpabiliser 😅.

En tout honnêteté, j’ai failli abandonner l’idée de la réalisation de ce documentaire. Mais le sujet me parlait trop alors je suis allée au-delà de l’idée de faire un film de grande qualité pour me concentrer sur le message : notre impact de voyageur dans des pays en voie de développement.

La préparation

Une fois la partie financement terminée et alors même que je n’avais pas eu le budget souhaité, j’ai continué à travailler sur mon projet, avec tout ce stress en moins.

J’ai donc rassemblé mon équipement filmographique et de trekking et je me suis occupée du message que je voulais faire passer.

Pendant plusieurs semaines j’étais donc penchée sur des notes, des articles (scientifiques, d’actualité, etc) sur la situation au Népal, etc, ne pouvant pas me rendre au Népal une première fois pour cette phase de préparation comme il serait mieux de faire pour la réalisation d’un documentaire.

Pierre mani
Anaïs sur le trek des 3 cols

Au Népal

Une fois au Népal, la machine était officiellement lancée. Nous sommes allées faire notre trek dans la région du Khumbu et j’ai pu filmer mes plans et mes interviews (guide et randonneurs). Je me suis concentrée sur cette partie au maximum, jusqu’à ce que, après une semaine et avec beaucoup de fatigue accumulée des mois précédent, je sois sujette au mal des montagnes. Alors qu’on avait du marcher encore quelques jours pour redescendre en altitude, je n’ai plus pu filmer au cours du reste du trek.

C’est une fois de retour à Katmandou, que j’ai pu réaliser un dernier interview important et faire quelques autres plans.

Pont suspendu
Kong Ma La Pass à 5535 mètre d'altitude

Post-production

Depuis mon retour du Népal, à la mi-mai 2019, je travaille sur mon montage en plus des autres projets que j’ai actuellement. Je m’attelle un maximum à la tâche pour faire le meilleur documentaire possible au vu des circonstances globales dans lesquelles j’ai monté mon projet.

Le premier teaser est aujourd’hui disponible sur YouTube.

Ce documentaire, malgré la difficulté qu’il a représenté pour moi, reste un projet intéressant qui me tenait à cœur et pour lequel j’ai fait de mon mieux.

Merci à ceux qui auront lu cet article jusqu’au bout et ceux qui m’ont soutenu pour ce projet !!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
shares